Éducation

Un système éducatif en développement rapide

À la rentrée 2007, Mayotte comptait plus de 70209 élèves scolarisés dont 45476 élèves dans les établissements du 1er degré et 24733 dans les établissements du second degré. En 2000 les effectifs scolaires représentaient 52275 élèves, subissant ainsi une augmentation de 34% en l’espace de 7 ans.

 

Au vu de cette forte croissance démographique l’effort de l’Etat en terme de constructions scolaires et de postes de personnels d’enseignement est très conséquent. Depuis les ouvertures récentes des collèges de Dembéni, de Koungou et de Tsingoni, 17 communes sur 19 disposent d’un collège. A la rentrée 2007, le collège de Passamainty a ouvert à son tour ses portes.

 

Travaillant en étroite collaboration de la DTEFP et restant à l’écoute des entreprises de Mayotte, le vice rectorat a créé, au cours des dernières années de nombreuses filières de formation professionnelle tout en mettant en place des formations universitaires post- baccalauréat, en partenariat avec des universités métropolitaines et l’université de la Réunion. Ces formations universitaires sont regroupées au sein des locaux de l’institut de formation des maîtres de Dembéni. D’autres formations supérieures sont dispensées localement par le CEFSM, organisme du Conseil général.

 

La formation des instituteurs de l’État recrutés à Mayotte est assurée par l’institut de formation des maîtres, le niveau de recrutement est bac+2.

La Formation Professionnelle

La Dieccte (anciennement DTEFP) est un acteur primordial de la formation professionnelle à Mayotte. Son action s’adresse aux demandeurs d’emploi. Ce public est fortement déficitaire en formation, en effet près d’un tiers d’entre eux n’ont jamais travaillé alors que les deux tiers sont majoritairement demandeurs dans des secteurs sans besoin de qualification. À ce titre, une phase d’alphabétisation est proposée aux personnes dont le niveau les empêche d’accéder directement à une vraie formation à l’emploi. Des stages d’insertion associant la formation et des stages en entreprise prennent ensuite le relais, le but étant la création d’emplois et d’activités. Enfin sont aussi proposés des parcours qui visent à l obtention d’un diplôme de niveau CAP ou BEP. Ces actions sont financées par le Crédit Formation Individualisé (CFI) pour les personnes âgées de moins de 26 ans, et au travers des Stages d’insertion et de Formation à l’Emploi (SIFE) pour les adultes de plus de 26 ans.

 

Le Bureau Service Militaire Adapté (BSMA) est aussi un élément actif dans la formation de jeunes. Il a principalement pour but de dispenser à des jeunes en situation d’échec scolaire une formation militaire, professionnelle, civique et morale. Les formations proposées sont de types pré-professionnelles et d’insertion. Les pôles de formations existants sont : métiers du bâtiment, voierie, restauration, mécanique, tertiaire, agriculture-aquaculture, agent de sécurité. Le BSMA Mayotte situé dans la commune de Combani forme 150 jeunes chaque année, 90% d’entre eux réussissent par la suite leur insertion en entreprise.

Le Passeport Mobilité

Le dispositif du passeport mobilité est applicable depuis le 1er juillet 2002 sur l’ensemble des départements et des collectivités de l’Outre-Mer. Cette mesure qui consiste en la prise en charge financière d’un billet d’avion aller-retour par année universitaire ou de formation, renforce ainsi le principe de continuité territoriale et s’applique dans deux cas de figures :

  • les étudiants âgés de moins de 26 ans qui souhaitent s’inscrire dans une filière inexistante ou saturée dans leur collectivité d’outre-mer d’origine.
  • les jeunes âgés de 18 à 30 ans, qui peuvent bénéficier d’un voyage aller-retour par stage de formation professionnelle de plus de trois mois, ou par contrat à durée déterminée de plus de six mois ou à durée indéterminée, nécessitant une mobilité. Les Français ou les ressortissants de l’Union européenne résidant habituellement en Guyane, Guadeloupe, Martinique, Réunion, Mayotte, Saint-Pierre-et-Miquelon, Polynésie française, Wallis et Futuna, Nouvelle-Calédonie peuvent bénéficier de ce dispositif à condition de répondre aux critères d’éligibilité.

A Mayotte l’instruction des dossiers est assurée par les services de l’Etat compétents localement en matière d’éducation, de travail, d’emploi et de formation professionnelle.